Blogger Tips and TricksLatest Tips And TricksBlogger Tricks

28 avr. 2014

La SÉCURITÉ SOCIALE est menacée …

Img/over-blog.com
Le pacte de responsabilité Hollande-Gattaz entend imposer une coupe de 21 milliards d’euros dans le budget de la Sécurité sociale.

=> Le Premier ministre, Manuel Valls, annonce la suppression totale des cotisations patronales sur le Smic, la réduction massive des cotisations d’allocations familiales payées par les patrons.

C’est le casse du siècle : la Sécurité sociale appartient aux travailleurs. Elle permet d’assurer la solidarité ouvrière entre les générations, entre les malades et les bien-portants. L’argent de la Sécurité sociale, c’est le salaire différé qui appartient aux travailleurs.

Pour l’Union européenne, tout entière au service des spéculateurs et des capitalistes, c’est une anomalie.

Pour l’Union européenne, le budget de la Sécurité sociale relève des dépenses publiques dont elle exige la réduction. Et ils veulent passer à la vitesse supérieure dans leurs attaques.

« Plus question pour la Commission (européenne) de jouer les petits arrangements et d’exonérer la France de ses engagements », rapporte « Le Figaro » après une rencontre, le 10 avril, entre des représentants du gouvernement français et de la Commission européenne.

Et immédiatement, de Washington, le ministre des Finances, Michel Sapin, répond : « Nous tiendrons nos engagements. Le déficit public sera ramené à 3 % dès l’année prochaine. »

La voilà, la vraie raison de toutes ces attaques brutales contre la Sécurité sociale, contre les services publics, contre l’école, contre les communes : c’est la soumission à l’Union européenne et à ses traités.

La Commission européenne salue « l’engagement du gouvernement français »

Le détail des mesures contenues dans le pacte de stabilité gouvernement-Medef sera rendu public le 23 avril 2014.

En application du traité européen TSCG, ce plan anti-ouvrier devra être communiqué, avant le 7 mai 2014, à la Commission européenne pour contrôle.

Un de ses porte-parole a déjà déclaré : « Nous saluons l’engagement renouvelé du gouvernement français, nous accueillons favorablement la baisse des charges sur les salaires (…). Nous saluons également l’intention de réduire la pression fiscale sur les entreprises. »

Et, à l’approche des élections au prétendu « Parlement » européen, on nous chante, à nouveau, la fable de « l’Europe sociale ».

Le Parti ouvrier indépendant a lancé un appel à se regrouper dans tout le pays pour dire :

« C’est tromper les travailleurs, les jeunes, les retraités que de laisser croire qu’il serait possible au Parlement européen d’infléchir la politique de l’Union européenne et de la BCE !

C’est les tromper que de les appeler à voter au nom d’une “Europe sociale”, du “dialogue social européen” ou d’un “pacte social européen”, verbiage creux qui nous est servi depuis vingt ans pour accompagner la liquidation pure et simple des droits acquis dans chacun de nos pays !

Travailleurs, jeunes, militants, affirmons ensemble cette exigence : les traités de l’Union européenne doivent être dénoncés, l’Union européenne, ses institutions, sa Banque centrale, son prétendu Parlement, doivent être démantelés. »



Le National Emanipé 2014

Aucun commentaire: